ActualitéEconomie6 septembre 2009Transactions à haute fréquence

 Dans son édition du 3 septembre, Le Monde a publié un article de Yves Eudes intitulé Les « geeks » à la conquête de Wall Street, les « geeks » étant des mordus de nouvelles technologies qui conçoivent des logiciels automatisant les transactions boursières.

« Depuis l’informatisation complète des transactions boursières, l’arme suprême des spéculateurs est la vitesse. Les programmes d’achat et de vente ultrarapides, basés sur des algorithmes toujours plus complexes et tournant sur des ordinateurs toujours plus puissants, sont devenus des outils décisifs. On assiste à une féroce course à l’armement entre opérateurs. En 2008, plus du quart des transactions boursières aux Etats-Unis ont été réalisées grâce à des algorithmes. Le temps de latence (délai entre l’émission d’un ordre et sa réalisation) est de l’ordre de la milliseconde, et les profits ainsi réalisés se chiffrent en milliards de dollars par an.

Les superordinateurs scannent des dizaines de plates-formes en quelques millisecondes, pour détecter les tendances du marché, puis passent des ordres à la vitesse de la lumière, laissant sur place les investisseurs traditionnels, beaucoup plus lents.

Ils peuvent aussi détecter le cours plafond fixé par un acheteur (prix au-dessus duquel il arrête d’acheter un titre). Aussitôt ils raflent toutes les actions disponibles avant que l’acteur légitime ait eu le temps d’agir, et les lui revendent plus cher, généralement au cours maximal – c’est-à-dire un centime en dessous de son plafond ».

L’accès à l’information cruciale avant les concurrents a toujours été l’arme des spéculateurs, bien avant l’informatique. Dans les années soixante dix, une banque connectée par télex à un bon réseau d’informateurs pouvait connaître avant les autres un mouvement social dans les mines d’or sud-africaines ou le gel sur des plantations brésiliennes de café et placer d’énormes et judicieux ordres d’achats ou de ventes. L’avantage sur les concurrents était de quelques heures ou quelques minutes.

L’avantage se chiffre donc maintenant en millisecondes. Mais il y a plus : les logiciels recueillent des milliards de données sur les comportements des marchés et des concurrents et les modélisent, de sorte qu’avant même qu’un événement boursier soit connu, l’enchainement des événements à venir est écrite. Non seulement les logiciels écrasent le temps à l’échelle de la milliseconde, mais ils réussissent à remonter le temps !

Une critique faite à ces systèmes est la concurrence déloyale, voire le délit d’initié, puisque les superordinateurs réussissent à « lire » la stratégie des concurrents. En réalité, l’intelligence économique est la base de la stratégie de toute entreprise : il s’agit de comprendre où sont les concurrents et où ils vont pour prendre soi-même les bonnes décisions. Que l’échelle de temps soit la milliseconde ou l’année ne change rien sur le fond.

Le problème, déjà identifié lors de la crise boursière de 1987, est que la mise en place de systèmes de décision automatiques mettant en mouvement des milliards de dollars, représentent un danger pour la stabilité du système financier. Le rapport publié en mars 2009 par le président de la Financial Services Authority, Lord Turner, l’indiquait clairement : «l’efficience du marché m’implique pas la rationalité du marché (…). Les politiques doivent reconnaître que tous les marchés opérés sur un mode liquide sont capables d’agir irrationnellement et sont exposés à des effets de troupeau auto-entretenus et d’emballement ».

Comment mettre en place une régulation efficace ? Faut-il interdire les plateformes de transactions à haute fréquence ? Ou bien créer artificiellement des « frottements » qui dissuadent les « allers et retour » à la vitesse de la lumière et obligent les marchés à se tenir plus proches de l’économie réelle et de ses rythmes ? A cet égard, l’idée d’instaurer, ou de restaurer, au niveau international, l’impôt de bourse, est intéressante. Elle aurait entre autres avantages de faire contribuer le secteur financier aux déficits publics que son sauvetage a dramatiquement creusés.

En 1837, Victor Hugo prit pour la première fois de sa vie le train, entre Anvers et Bruxelles, une heure vingt cinq pour cinquante kilomètres. Emerveillé, il écrivit : « la rapidité est inouïe » (Jean-Marc Hovasse, Victor Hugo, tome 1, Fayard 2001). La vitesse est, décidément, une grandeur relative.