Société30 septembre 20121Automne

 

Paysage d'automne à Watford

 

Je partirai à la retraite le 12 octobre, après 22 ans de carrière à Coface et 33 ans de vie professionnelle. Le 21 septembre, jour de l’automne, j’ai eu l’opportunité de célébrer à La Défense mon départ avec environ 70 collègues avec qui j’ai travaillé étroitement. Voici un résumé des quelques mots que j’ai prononcés à cette occasion.

 Ma carrière à Coface semble s’être déroulée sous les auspices du chiffre 4. J’ai eu l’occasion de travailler avec 4 présidents, mais aussi avec 4 directeurs généraux. J’ai exercé 4 métiers : communication, commercial, country manager et, plus récemment et par intérim, risque politique. J’ai travaillé dans 4 métropoles européennes, Paris, Milan, Madrid et Londres. Nous entrons aujourd’hui dans l’une des 4 saisons, et j’y vois le symbole de mon passage à l’automne de ma vie : je rêve d’en faire une saison de grand vent et de feuillages fauves.

 De  1990 à 1997, j’ai créé la première direction de la communication de Coface. L’entreprise était dans un moment de mutation. L’équipe mit en place des outils : projet d’entreprise, colloques, relations presse, site Internet. Elle participa à l’internationalisation d’une entreprise jusque là franco-française et à la création du réseau international d’assureurs-crédit CreditAlliance.

 En 1997, j’ai eu la chance que me soit proposé le poste de directeur commercial à Milan : nouveau métier, nouveau pays, nouvelle langue, sous la conduite de pédagogues exceptionnels. En Espagne et au Portugal de 2001 à 2007, je suis devenu country manager. Les mots qui caractérisent cette période : enthousiasme, vitalité, « team building ». Depuis cinq ans, je dirige les équipes de Coface au Royaume Uni et en Irlande. Pour les caractériser : résilience, pragmatisme et humour, qualités qui nous ont permis de survivre à la crise qui balaya la City en 2007 – 2009.

 J’ai eu la chance de participer au comité exécutif de Coface avec deux phases bien différentes, avant et après le recentrage sur l’assurance-crédit au début 2011 : avant le changement de cap, la vision d’une entreprise globale, dépassant sans cesse les frontières de pays, de métiers et de mentalités ; depuis 2011, la volonté de se plier aux faits et aux chiffres et de faire aboutir les projets dans les budgets et les délais promis.

 Pour finir, 4 mercis :

 Merci pour l’économie réelle. Coface est une entreprise financière, mais son travail consiste à assurer des transactions entre des entreprises qui vendent dans le monde entier. Rencontrer les chefs d’entreprise, trésoriers et gestionnaires de crédit m’a procuré mes meilleurs moments.

 Merci pour la « multinationale bonzaï ». Comparée aux grandes multinationales françaises, Coface, avec son chiffre d’affaires inférieur à 2 milliards d’euros et ses quelques milliers de collaborateurs, semble minuscule. Elle est pourtant présente et active avec ses propres équipes dans plus de 60 pays au monde.

 Merci pour l’entreprise Coface, un corps vivant qui se réinvente sans cesse pour croître et être profitable dans une économie internationale sans cesse changeante.

 Enfin, merci pour l’amitié de nombreux « cofaciens », qui n’a cessé de m’encourager au long d’une passionnante carrière.

One comment

  • Carilina

    30 septembre 2012 at 12h28

    Xavier,
    Ha sido un placer compartir contigo una parte de tu « primavera », la del estusiasmo y el team building. Confió en que disfrutes del otoño y nos encontremos en alguna parte de tu nueva aventura equinoccial.
    Un abrazo fuerte

Comments are closed.