EnvironnementEspagneEtonnements15 août 2022Chronique d’étonnement n°21

Je souhaite partager dans « transhumances » ce qui m’a étonné, dans ma vie personnelle comme dans l’actualité.

 Dans cet article de transhumances, je m’étonne de l’attitude de la chanteuse Shakira à l’égard de la justice espagnole ; la capacité des forêts de Yellowstone à se régénérer à la suite des terribles feux de 1988 suscite l’admiration.

Éviter la prison

 En couverture, le magazine Voici annonce que la chanteuse Shakira fera tout pour éviter la prison. Elle est en effet menacée par la justice espagnole de huit années et demie de détention pour un arriéré fiscal de 14,5 millions d’euros. Premier sujet d’étonnement : l’article nous dit que l’actrice est prête à aller au procès pour prouver son innocence. Quitte, donc, à prendre le risque de la prison.

 Second sujet d’étonnement : l’artiste affirme qu’à l’époque des faits qui lui sont reprochés, elle passait son temps en tournée, qu’elle n’était que quelques mois dans l’année en Espagne et qu’elle n’avait donc pas à y payer d’impôt. Puisqu’elle ne séjournait dans aucun autre pays, elle était donc non-imposable. La pauvre !

 Dernier sujet d’étonnement : Voici nous révèle que « Shakira est fumasse, elle vient d’apprendre que les prisons espagnoles n’ont pas de carré VIP ». Les lecteurs de « transhumances » seraient donc bien inspirés d’éviter d’y séjourner.

  

Yellowstone

 The Conversation reproduit un article de Monica G. Turner, professeur d’écologie à l’Université du Wisconsin, qui explique comment les forêts de Yellowstone se sont régénérées après les terribles feux de 1988. On y lit que durant les 10.000 dernières années, des incendies se sont produits à Yellowstone, à des intervalles de 100 à 300 ans.

 « Les pommes de pin sont adaptées au feu : lorsqu’elles chauffent, elles secrètent de grandes quantités de graines, permettant à la forêt de se régénérer à la suite des incendies. De plus, les feux créent des sols riches en minéraux. »

 Les grands feux de forêt de 2022, en Gironde principalement, ne représentent donc pas en soi des catastrophes : la nature peut rebondir. Ce qui inquiète, c’est la répétition des incendies en raison de l’activité humaine et du réchauffement climatique. La nature a besoin de temps, et ce temps est compté.