BlogrollSociété25 décembre 2021Réconcilions-nous !

Le site « Réconcilions-nous » a été lancé il y a un mois. Il se présente comme la première plateforme numérique dédiée à l’intérêt collectif. « Chacun y discute de ce qui fâche… sans se fâcher, pour faire progresser l’intérêt collectif ». Je fais partie de l’équipe des bénévoles qui l’anime.

 Depuis toujours, il est confortable de n’échanger qu’avec des personnes avec qui on est d’accord. C’est ainsi qu’on lira volontiers un journal d’opinion, avec lequel on partage des valeurs politiques, esthétiques, philosophiques ou religieuses. Les réseaux sociaux encouragent, par les « likes » et les groupes d’amis, la création de bulles cognitives qui préservent l’internaute du frottement avec des opinions désagréables à ses yeux et l’alimentent de nourritures intellectuelles sucrées.

La proximité de l’échéance électorale présidentielle favorise en France la polarisation du débat d’idées. La polémique est parfois recherchée pour elle-même, parce qu’elle suscite l’intérêt, fait parler de soi, développe le « buzz »

Banian, un arbre puissant aux multiples racines

Les pages de « Réconcilions nous ! » sont produites par des bénévoles, qui en retiennent ce qui peut faire avancer l’intérêt collectif, c’est-à-dire une vie meilleure pour chacun. Chaque semaine, un courriel est adressé aux personnes qui se sont abonnées.

Abonnés et bénévoles coopèrent dans le cadre d’une charte qui précise que « chacune et chacun s’efforce de mettre de côté ses intérêts particuliers, qu’ils soient politiques, religieux, économiques ou culturels. » Constatant que les grandes institutions (santé, école, justice…) sont nationales, la plateforme se focalise sur l’intérêt collectif en France.

« Réconcilions-nous » répond à un vrai besoin du débat public en France. La plateforme en est à ses débuts, et évoluera pour accompagner les besoins de ceux et celles qui choisiront d’y participer. S’y abonner n’engage qu’à recevoir, un fois par semaine, un courriel avec une page de réflexion. Cela permet aussi d’accéder à toutes les discussions sur les quelque 300 pages actuellement disponibles. Une réunion en visioconférence est ouverte chaque mardi aux abonnés. Participer à « Réconcilions-nous », c’est devenir partie prenante d’une idée neuve, intégrer un réseau en plein devenir.