HistoireSociété12 novembre 2021Le cimetière du Père Lachaise, à la Toussaint

Le cimetière du Père Lachaise est l’une des attractions touristiques de Paris. Nous y avons flâné le jour de la Toussaint.

 Le site Internet du cimetière précise que « le cimetière du Père-Lachaise appelé aussi « cimetière de l’Est », est le plus grand cimetière parisien et s’étend sur 43 hectares. « C’est un lieu unique qui invite au recueillement et à la rêverie, imprégné d’art, de culture et d’histoire, où l’on voyage à travers ses dédales de pierres et de végétation.

« Plus de 3 millions de visiteurs venus du monde entier le visitent chaque année. Il totalise 70 000 concessions funéraires. »   De nombreuses personnalités y sont inhumées. Le plan du cimetière marque les tombes d’environ 250 d’entre elles, artistes, hommes ou femmes d’État, écrivains et écrivaines.

Le cimetière est si vaste qu’il est bon de définir d’avance qui on souhaite rencontrer. En ce jour de Toussaint, nous avons ainsi recherché le peintre Amedeo Modigliani, la comédienne Sarah Bernhardt et bien sûr, la star du cimetière, le chanteur Jim Morrison.

Nous nous sommes inclinés devant le mur des Fédérés, face auquel 147 insurgés de la Commune furent fusillés fin mai 1871. Chemin faisant, nous avons croisé des monuments érigés à la mémoire des victimes de la shoah, du génocide des Tutsi, des innombrables conflits qui ont marqué les deux derniers siècles. Nous avons admiré la merveilleuse sculpture représentant une petite fille assise en surplomb d’une tombe anonyme.

Surtout, nous avons flâné, nous laissant envahir par la poésie du lieu, enchanter par les arbres rougeoyants au soleil d’automne, posséder par la fraternité implicite avec les nombreux visiteurs, touristes badauds comme nous ou personnes endeuillées venues fleurir la tombe d’un proche.

Nous déjeunons dans une brasserie. Malgré le froid de ce milieu de journée automnal, un couple et une jeune fille d’une quinzaine d’années sont installés en terrasse. La jeune fille délie ses cheveux, et se laisse photographier avec, en arrière-plan, la futaie du cimetière. Elle est belle, pleine de vie.

Le soir, nous regardons en replay sur Arte TV un documentaire réalisé par Christophe d’Yvoire et Augustin Viatte en 2018 : « Éternel Jardin, le cimetière du Père-Lachaise ». Depuis quelques années, les jardiniers du cimetière ont banni les pesticides. Les « mauvaises herbes » y poussent désormais en liberté, et la biodiversité accrue s’est étendue au monde animal. La nuit, le cimetière est l’un des seuls espaces de Paris exempt de pollution lumineuse. Les « animaux de nuit », telles les chauves-souris, y vivent heureux ; d’autres y trouvent le repos après les fatigues de la journée. Le repos éternel ?