Société10 juin 2012Vieillir en bonne santé

Dans The Guardian du 30 mai, Christopher Thomond interview Tom Kirkwood, Doyen de l’Université de Newcastle pour le Vieillissement.

 « Le Professeur Tom Kirkwood a démoli une série de fausses idées sur le processus du vieillissement avec une étude fracassante sur la santé de plus de 1.000 personnes de la génération des plus de 85 ans. « Dire qu’ils sont une une misère ambulante, qu’ils sont malheureux de leurs sorts et qu’ils se plaignent sans cesse de leurs maux relève du mythe, dit-il. Les quatre cinquièmes d’entre eux pensent qu’ils s’en sortent plutôt bien ». »

 L’envers de cette monnaie, c’est que 20% ont besoin d’assistance. C’est probablement gérable aujourd’hui, alors que la population des plus de 80 ans en Grande Bretagne est de 2,6 millions de personnes. Cela deviendra problématique en 2030, quand ce chiffre aura bondi à 4,8 millions.

 Selon Kirkwood, les facteurs génétiques n’expliquent qu’un quart de la durée de vie. « Ce que nous savons maintenant, c’est que les facteurs génétiques qui influencent notre longévité ne sont pas les gènes qui mesurent le passage du temps. La raison pour laquelle nous vieillissons et nous mourons est que, à mesure que nous vivons notre vie, notre corps accumule une grande variété de défauts dans les cellules et dans les molécules qui constituent les cellules dans notre corps, de sorte que le vieillissement est induit par cette accumulation de défauts. Les gènes qui influencent la longévité sont ceux qui influencent la manière plus ou moins efficace selon laquelle notre corps réagit aux dommages, le dynamisme de la machine à réparer ; ce sont les gènes qui régulent la gestion, la maintenance et la réparation. »

 C’est ce processus, non programmé à l’avance, qui explique en grande partie l’inégalité devant le vieillissement. Les styles de vie influencent fortement la qualité du vieillissement ; c’est le cas de l’hygiène alimentaire et de l’exercice physique, par exemple. Les inégalités sociales se traduisent, le grand âge venu, par moins d’autonomie et plus de dépendance.

 L’étude de Kirkwood fait aussi état d’une inégalité entre les hommes et les femmes. Bien que les femmes vivent six ans de plus en moyenne que les hommes, elles apparaissent moins autonomes. L’étude a identifié 17 tâches de la vie quotidienne, de s’occuper des finances à faire les courses. Un tiers des hommes effectuent ces 17 tâches, contre un sixième des femmes.

 Photo « transhumances » : arbre du Keukenhof, Pays-Bas