EtonnementsGrande Bretagne31 juillet 20220Chronique d’étonnement n°20

Je souhaite partager dans « transhumances » ce qui m’a étonné, dans ma vie personnelle comme dans l’actualité.

 Dans cet article de transhumances, je m’étonne de voir une toute petite fille incluse dans un groupe d’ados ; je trouve insolite la réaction du vice-premier ministre britannique face à la canicule ; je vois sur la plage une émule de Mussolini.

Ados

 J’accompagne ma petite-fille âgée de 20 mois à l’aventure sur la promenade du lac de Maubuisson. Tout est bon à explorer : un muret qu’on escalade, la poussette qu’on renverse, une fourmilière qu’on scrute du regard. Je m’efforce de rester à distance et n’interviens que pour sa sécurité.

 Alors qu’elle court à minuscules grandes enjambées, elle se trouve incluse et comme absorbée par un groupe d’ados qui se rend, tranquillement, à une activité de plage. Tout à leurs conversations, ils tardent à se rendre compte de la présence, parmi eux, de l’intruse. Qu’elle est mignonne!

  

Canicule à l’anglaise

Fervent partisan du Brexit, le vice-premier ministre britannique Dominic Raab n’a pas apprécié que la vague de chaleur venue d’Europe ait l’impudence de franchir les frontières du Royaume. Des températures de 40°C ont été atteintes dans le sud du pays et les Midlands.

 Le ministre a incité ses concitoyens à se montrer suffisamment résistants pour jouir du soleil. Douche froide de la directrice générale de la météorologie nationale, Penelope Endersby : « la chaleur cause sans aucun doute des centaines, des milliers de morts supplémentaires dans des vagues de chaleur, alors il faut faire attention et suivre les conseils que nous avons publiés, rester à l’ombre, rester au frais, rester hydratés ».

 

Mussolini à la plage

 Assise impériale dans un fauteuil de plage sur le talus de sable où viennent s’échouer les vagues, une dame d’environ 70 ans règne sur son petit monde. Bras tendu, index dressé, elle donne des ordres. Il ne lui viendrait pas à l’idée de barboter avec les petits ou de construire pour eux des pâtés de sable. À la manière de Mussolini, elle régente, commande, réprimande. L’autoritarisme, hélas, ne fond pas au soleil.

Commenter cet article

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués par *