HistoireIle de la RéunionSociété25 novembre 20220Le cimetière des esclaves oubliés

Le cimetière des esclaves oubliés, à Saint Paul (Île de La Réunion) est un monument particulièrement émouvant.

Entre le cimetière marin et le bord de mer, un espace de souvenir a été aménagé. Un écran métallique et deux arbres ferment la perspective. Une vingtaine de plots en béton surmontés de petites sculptures en pierre blanche évoquant des flammes font face à l’écran et à l’océan.

On connaissait, par des textes anciens, l’existence d’un cimetière de noirs, qui ne pouvaient être inhumés dans le cimetière des maîtres. On ignorait sa localisation.

 

Le cimetière des esclaves oubliés avec en arrière-plan le cimetière marin de Saint Paul

En 2007, le cyclone Gamède mit au jour des ossements humains, dans le terre-plein en aplomb de l’océan. Des fouilles furent entreprises. On découvrit jusqu’à 4 000 restes humains. Le cimetière des esclaves fut inauguré en mai 2019.

L’écran métallique qui ferme le monument porte un beau texte de J. Beng-Thi, daté du 20 décembre 2013. En voici un extrait.

Ici reposent ceux qui ont traversé l’océan,

Après le rapt et le viol des corps entassés

Dans le ventre obscur des navires prédateurs,

Ici reposent ceux d’Afrique

(…)

Interdit de respirer l’air frais, de chanter,

De danser, de battre tambour,

De vénérer vos ancêtres.

Dans l’aube naissante, malgré le désarroi

Nous porterons vos sacrifices et vos murmures

Dans un roulement de tambour

Jusqu’à la cime de l’océan.

Le cimetière des esclaves oubliés me fait penser à celui réalisé à Zarzis (Tunisie) pour inhumer dignement des émigrants d’Afrique morts en Méditerranée. Il s’agit de rendre leur dignité à des hommes, des femmes et des enfants noyés dans l’indifférence.

 

 

Sculptures à la mémoire des esclaves, sur le front de mer à Saint-Paul

Commenter cet article

Votre email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués par *