CinémaHistoire2 février 2022Un long dimanche de fiançailles

En hommage à Gaspard Ulliel, France 3 a récemment diffusé « un long dimanche de fiançailles », film de Jean-Pierre Jeunet (2004).

Mathilde (Audrey Tautou) et Manech (Gaspard Ulliel) sont inséparables depuis l’enfance. Ils courent dans la lande bretonne, escaladent un phare, se promettent fidélité. Devenus jeunes adultes, ils deviennent amants. MMM grave Manech sur un rocher : Manech aime Mathilde.

Survient la guerre. En 1917, sur le front de la Somme, Manech vit l’horreur des tranchées, la boue, les bombardements, la peur. Avec quatre de ses camarades, il est condamné à mort pour s’être automutilé afin d’obtenir son rapatriement à l’arrière. Il disparaît dans le no man’s land entre sa tranchée, dénommée « Bingo Crépuscule » et la tranchée ennemie, alors qu’une violente offensive est déclenchée.

Manech est présumé mort, et Mathilde se rend sur sa tombe dans un cimetière militaire. Mais celle-ci a l’intuition, plus forte que tout, que son fiancé est vivant. Trois années après le drame, elle se lance dans une véritable contre-enquête pour connaître la vérité sur ce qui s’est passé. Elle rencontre des survivants de Bingo Crépuscule, ou des proches de disparus.

Il y a des choses étranges dans le récit officiel. Pourquoi les condamnés à mort n’ont-ils pas été fusillés, mais envoyés à la mort dans le no man’s land ? Pourquoi les dossiers militaires les concernant ont-ils été classés secret-défense ?

Le film de Jean-Pierre Jeunet est une superproduction, mobilisant un casting prestigieux (André Dussolier, Marion Cotillard, Jodie Foster, Clovis Cornillac, Denis Lavant, Albert Dupontel, Jean-Pierre Darroussin entre autres) et d’impressionnants effets spéciaux. Il fait ressentir l’horreur de cette guerre, sur le champ de bataille mais aussi par la souffrance des proches, des années après.

Mathilde retrouvera son Manech qui, avant d’être blessé par la mitraillette d’un avion allemand, avait gravé sur un arbre calciné du no man’s land leur devise : MMM. Il a perdu la mémoire. Il dessine, sur une table, dans un jardin au soleil :

« Alors Mathilde s’adosse bien droite sur sa chaise,
croise les mains sur ses genoux, et le regarde…
… Dans la douceur de l’air,
dans la lumière du jardin,
Mathilde le regarde…
Elle le regarde…
Elle le regarde… »