CinémaGrande Bretagne24 mars 2022Irina Palm

Arte TV a récemment diffusé « Irina Palm », film de Sam Garbarski (2007), avec Marianne Faithfull dans le rôle principale.

 Maggie (Marianne Faithfull), une quinquagénaire veuve d’un mari à qui elle est toujours restée fidèle, vit dans une lointaine banlieue de Londres. Son petit fils Olly est à l’hôpital traité pour une grave maladie. Un traitement existe peut-être, mais il n’est disponible qu’en Australie. Ni Maggie, ni Tom (Kevin Bishop) et Sarah (Siobhan Hewlett), les parents d’Olly, ne peuvent financer le voyage.

 Maggie est trop âgée, elle n’a ni la formation ni l’expérience pour trouver l’emploi qui permettrait de payer le déplacement en Australie et de sauver Olly. Lorsque, désespérée, elle erre dans le quartier de Soho, une pancarte à l’entrée d’un sex-shop attire son attention : on recherche une hôtesse, avec une bonne paie.

Maggie est reçue par le gérant, Micky (Pedrag « Miki » Manojlovic) qui s’amuse de cette dame si atypique mais dont la paume de la main est douce comme du velours. Elle s’appellera Irina Palm. Micky lui explique que le mot « hôtesse » est un euphémisme, un mot qui signifie autre chose que ce qu’il semble désigner. Elle travaillera dans l’anonymat d’une sorte de placard. De l’autre côté de la cloison, des hommes viennent se faire masturber. Ils glissent leur pénis dans une ouverture en forme de disque. « Irina » est à la manœuvre avec force détergents et papier.

 Maggie fait merveille dans ce travail, au point d’évincer Luisa (Dorka Gryllus), qui l’a initiée et qui, perdant son job, retourne à la misère. Au point aussi de souffrir d’un « penis elbow » qui l’oblige à travailler de sa main gauche.

Tom est horrifié à l’idée de voir sa mère devenue une pute. Micky trouve peu à peu fascinante cette femme entêtée à sauver son petit-fils jusqu’à faire des choses répugnantes, inimaginables auparavant pour elle. Les amies avec qui Maggie prenait le thé ne supportent plus sa compagnie. « Ce que Maggie accomplit là, dit le réalisateur Sam Garbarski, est le sacrifice d’une femme magnifique ».

 « Irina Palm » aurait pu être un film scabreux et sordide. Le réalisateur et son actrice principale, Marianne Faithfull, en font un récit pudique et héroïque. La bande originale, composée par le groupe belge Ghinzu, est excellente.